Traductions

Behind Islamophobia, Fascism and Complicit Antifascism

PAPER PRESENTED BY HOURIA BOUTELDJA AT THE FIFTH INTERNATIONAL CONFERENCE ON ISLAMOPHOBIA AT BERKELEY (APRIL 17TH, 2014).

First, I would like to thank the conference organizers for inviting me. I want to pay tribute to their efforts for putting together this high-quality conference. As is the case every year, I will speak on behalf of the Party of the Republic’s Indigenous People (Parti des Indigènes de la République or PIR). This time, however, I will also speak on behalf of Mothers All Equal (Mamans Toutes Égales), a collective to which the PIR belongs and that struggles for the repeal of an administrative text that bans mothers who wear the veil from participating in school outings. If I take on the role of representative here today, it is to raise awareness and denounce such unfair discrimination against these women and their children.

By way of introduction, I would like to start by saying that the situation in France and in Europe is quite worrisome. The economic crisis magnifying the situation, we observe, across the continent, the problematic rise of far-right, fascist and neo-Nazi forces. These radical nationalisms are increasingly uninhibited. Some of them take part, democratically, in different elections and quietly become institutionalized. The National Front is the third political power in France, and its president is a woman with a steel grip who does not hide her ambitions for the country’s presidency. To reach this objective, she will stop at nothing to make her party appear respectable and she is admirably successful. Admittedly, her task is facilitated by a number of circumstances. For instance, Islamophobia — and more exactly a State-supported anti-Muslim type of racism — is a national sport in France. The white political field that goes from the extreme right to the extreme left is completely contaminated. However, we must be precise in our analyses. Let me unpack some of this.

Institutional Islamophobia is not a product of the extreme right. It is a product of social democracy represented first and foremost by the institutional left (i.e., the Socialist Party) and the Republican right. One of the intellectual symbols of this social democracy is Alain Finkielkraut, a philosopher who was recently admitted to the French Academy. In fact, we can interpret his nomination as an award given to him by the country for his services. He is indeed a very well known Islamophobe, one of the worst neo-conservatives of the past decade. And he is also a notorious Zionist. France knows how to recognize its great men. Finkielkraut, who was elected to take the seat of Félicien Marceau, will have to deliver a speech in praise of Marceau. One has to know that Marceau became famous for his anti-Semitic and pro-Nazi activities. In 1946, the Brussels War Council sentenced him in absentia for these activities. Marceau was condemned to 15 years of hard labor and deprived of his nationality. I am impatient to hear Finkielkraut’s speech…

It is thus under the administration of the Republican right that the Islamophobic law of 2004 was adopted with the support of the institutional left. Also note that the left of the left, which is sometimes institutionalized (as is the case with the Communist Party) and sometimes not, and which is clearly anticlerical, colonial and Eurocentric, participated extensively to the Islamophobic climate and, by and large, supported the 2004 law. Sometimes when it did not openly support it, it did not fight it either, and the few exceptions to this confirm the rule. In addition, apart from a small minority which includes the Antifascist Action Group (AFA), the Paris-Suburb Antifascist Collective and the libertarians who fought Islamophobia1 (and generated fierce debates in the libertarian community), a large part of the most radical and most antifascist fringe of the French left continues to suspect Muslims and veiled women, and continues to repeat the mantra “neither God nor Master.” This old slogan may have been relevant in the past when the Church was in power but is ridiculous today when we know that Islam is not a state-sponsored religion and is rather the religion of the new proletariat, the subordinate classes, and the poorest of the poor who antifascists claim to defend.

Last June, far-right groups took part in a series of aggressions against veiled women in the suburbs of Paris, and this resulted in very few reactions. Only women were targeted and one of them even lost her baby. Antifascists did not react much and neither did the feminists, if we exclude a small minority of them. Around the same time, a young white antifascist man, Clément Méric, was attacked and killed by the same ultra right-wing circles. There, the reaction was immediate and the emotion was such that the affair rapidly gained national attention. Of course, we were dealing with a murder. I am not here questioning the legitimacy of the rage that gripped antifascist circles. But we observe that left-wing circles, antifascists and antiracists strongly mobilized to protest against the murder of Clément Méric in all large French cities but were terribly absent from the demonstrations organized by Muslims. It is a bitter matter of fact but it is not new. I offer some explanations to better understand why this is so2:

  • Most antifascists do not consider antiracism as a political but as a moral struggle. Thus, they do not understand the idea that antiracism is a fight against an institutional type of oppression and not against the individual feelings of malicious individuals. Antiracism includes anti-colonial resistance, the struggle against apartheid in South Africa and racial segregation in the United States. Most antifascists do not understand such unity.
  • Most antifascists do not understand the notion that postcolonial populations’ decolonial struggles are a major component of the fight against fascism. Such populations should be treated as equals — and not as a protected species — with their own agenda and priorities.
  • Most antifascists do not understand the idea that Muslims are victims and that Islam is a dominated religion both within Western liberal democracies and outside of them, in the context of imperialist relations. Rather, they see the sign of fascism in manifestations of “conservatism” and “religious dogmatism.” These are shortcuts, but they are effective.

The result of this state of affairs is that there is no spontaneous solidarity between antifascism and antiracism; sometimes they even conflict with each other. In the past, in fact, there has been collusion between antifascism and imperialist forces against those struggling for independence. Here are three infamous examples:

  1. In 1937, in France, the Popular Front, which emerged from antifascist movements but became a powerful popular movement representing the working classes, dissolved the North African Star (Étoile Nord-Africaine), an organization who fought for the national independence of Algeria and against the Indigenous Code, a set of laws creating an inferior legal status for natives of French colonies. The motive was that the North African Star had dealings with the fascists. The truth is that, on the colonial question, the Popular Front was barely reformist and not at all revolutionary. Let us remember the Blum-Violette bill who promised to give the right to vote to 20,000 indigenous people (but no more!) but which was not even endorsed by the Senate.3As for the Indigenous Code, it was left untouched. Although antifascists do not claim being part of that experience, the Popular Front remains an example of a “from-above” type of antifascism. It is crucial to set the historical record of this type of antifascism in order to break with its reformist and therefore colonial component. As the Algerian nationalist politician Messali Hadj had warned: “A Popular Front government will have to abandon the privileged race policy which has up to now inspired the entire legislation and administrative organization of the colonies.”4
  1. A second example of misunderstanding between antifascists and anti-colonialists is that European antifascists helped the war effort against Nazi Germany in collaboration with their respective States. Many anti-colonialists from the Maghreb and from Africa more generally have refused to participate in the liberation from the Nazis because they did not understand why they had to restore democratic imperialisms.
  1. A last example comes from 1936 to 1939, at the time of the Popular Front in Spain. That government’s hostility toward Moroccan nationalist claims was such that Moroccans, in return, showed indifference to Spain’s misfortunes when confronted to the Franco coup. Some Moroccans went so far as to fight alongside Franco’s troops. The arrival of the Popular Front did not bring significant changes in the Spanish colonial policy. In addition, this government ended up depriving itself of a rare support, the Moroccan people, who could have changes the game with regards to Francoism. Here, we see that the class interests of the proletariat and European antifascists did not correspond to the interests of the wretched of the world.

It is possible to overcome these contradictions because it is obvious that fascism is the enemy of post-colonial people, Muslims as well as the white and non-white working classes. For this to happen, it is necessary to render coherent antifascism and anti-colonialism, antifascism and antiracism. But all this will remain theoretical if antifascism is not decolonized. It is urgent for antifascists to update, that is to say, to face their whiteness (i.e., their racial privileges). Indeed, as long as they focus all their energy against the ultra-right, they will neglect two priority issues: (a) the transformation of the left; and (b) alliances with those who bear the brunt of racism and are the preferred targets of fascism. Worse, they will be complicit in fascism even if they claim otherwise from their radical facade. However, if we tell them “today, you will have to consider alliances with bearded men, veiled women, and maybe even with mosques,” they will have a heart attack. We are obviously very aware of this. This is why we think that alliances are built under pressure and within power relationships. This means that we must create our own political existence and imagine our allies. As the great Algerian sociologist Abdelmalek Sayyad has said: to exist is to exist politically.

I would like to conclude with a wish. Last year, this conference issued a declaration denouncing the rise of Islamophobia in France. This declaration was followed by an international conference in Paris in December 2013, which was a huge success. I sincerely hope that a similar event will be organized again and that we find in France the means of doing so. I would like to point out that the conference has had a beneficial impact in Europe since British, Dutch, Belgian and German organizations have expressed the desire to follow the French example and hold political rallies of the same type and at the same period. Finally, I cannot thank enough Hatem Bazian and Ramon Grosfoguel, who are present here, for their dedication and commitment. I hope with all my heart that this collaboration between Berkeley and French antiracist circles will continue and grow. Thank you.

Paper presented by Houria Bouteldja at the fifth international conference on Islamophobia at Berkeley (April 17th, 2014).

Translated from French by Geneviève Rail.

Source : Decolonial Translation Group

Notes

1 Libertarians and free of concessions against Islamophobia! Available in French at: http://www.bboykonsian.com/Libertaires-et-sans-concessions-contre-l-islamophobie-_a2635.html

2 This analysis is inspired by Félix Ewanjé-Épée and Stella Magliani-Belkacem’s intervention entitled: “What antiracism for what antifascism?” 6th Inter-departmental Colloquium for a future without fascism, 19 January 2013, Voiron, France (initiated by the organization Ras L’Front Isère).

3 Article written by Messali Hadj, following the dissolution of the North African Star. Published in La Gauche Révolutionnaire, No. 15, 1 March 1937. Available in French at: http://indigenes-republique.fr/58208/

4 The claim of public freedoms in the political discourse of Algerian nationalism and French anti-colonialism (1919-1954), El Ouma journal, September-October 1936. Available in French at: http://insaniyat.revues.org/6387

FIFTH ANNUAL INTERNATIONAL CONFERENCE ON ISLAMOPHOBIA STUDIES

Sous l’islamophobie, le fascisme et un antifascisme complice

Publié le 5 mai 2014 par Houria Bouteldja, Membre du PIR

Intervention d’Houria Bouteldja à la 5ème conférence internationale sur l’islamophobie de Berkeley (17 avril 2014)

Une fois de plus, merci aux organisateurs pour cette invitation. Je tiens aussi à rendre hommage à leurs efforts pour la tenue de cette conférence de haute qualité. Comme chaque année, je vais parler au nom du Parti des indigènes de la république. Mais cette fois, je vais ajouter la casquette du collectif Mamans Toutes Egales (MTE) auquel le PIR appartient. C’est un collectif qui lutte pour l’abrogation de la circulaire qui exclut les mères voilées des sorties scolaires. Si je me fais représentante du collectif ici ce soir, c’est bien entendu pour le faire connaître et dénoncer cette discrimination inique à l’encontre de mères de famille et de leurs enfants.

En guise d’introduction, je voudrais commencer par dire que la situation en France et en Europe est préoccupante. La crise économique aidant, nous observons partout sur le continent la progression inquiétante des forces d’extrêmes droites, fascistes ou néo-nazies. Ces nationalismes radicaux sont de plus en plus décomplexés. Une partie d’entre eux participent démocratiquement aux différentes échéances électorales et s’institutionnalisent tranquillement. Le Front National français est la troisième force politique de l’hexagone, et sa présidente est une femme de poigne qui ne cache pas ses ambitions à la magistrature suprême et qui pour atteindre cet objectif ne recule devant rien pour rendre son parti respectable. Et elle y réussit admirablement. Il faut reconnaître que cette tâche lui est facilitée. En effet, l’islamophobie, et plus exactement, le racisme d’État anti-musulman est un sport national. Le champ politique blanc qui va de l’extrême droite à l’extrême gauche est gangréné. Il faut cependant être précis dans nos analyses. L’islamophobie institutionnelle n’est pas un produit de l’extrême droite. C’est un produit de la social-démocratie représentée d’abord et avant tout par la gauche institutionnelle (le PS) et la droite républicaine. Un des symboles intellectuels de cette sociale démocratie est le philosophe Alain Finkielkraut qui vient de rentrer à l’Académie Française. En fait, on peut interpréter cela comme une récompense faite par la France pour services rendus. Il est en effet un illustre islamophobe, un des pires néo-conservateurs des dix dernières années. Mais aussi un grand sioniste. La France sait reconnaître ses grands hommes. Finkelkraut qui a été élu au fauteuil de Félicien Marceau devra prononcer son éloge. Cet académicien s’est illustré par ses activités antisémites et pro-nazies qui lui ont valu, en janvier et octobre 1946, d’être condamné par contumace à 15 ans de travaux forcés par le Conseil de guerre de Bruxelles et d’être déchu de sa nationalité. J’attends l’éloge avec une certaine jubilation…C’est donc sous administration de la droite républicaine que la loi islamophobe de 2004 est passée avec le soutien de la gauche institutionnelle. Précisons également que la gauche de gauche, parfois institutionnelle (PC) ou non à la fois anticléricale, bouffeuse de curés, coloniale et eurocentrique a largement participé au climat islamophobe et a en grande partie soutenu la loi de 2004. Parfois quand elle ne l’a pas ouvertement soutenue, elle ne l’a pas combattue non plus, sauf exceptions, ce qui revient au même. De plus, mis à part une petite minorité comme le groupe Action Antifasciste (AFA), le Collectif Antifasciste Paris-Banlieue ou l’appel des libertaires contre l’islamophobie1 qui a suscité des débats très virulents dans la communauté libertaire, une grande partie de la frange la plus radicale et la plus antifasciste de la gauche française continue de suspecter les musulmans et les femmes voilées et continuent de scander « ni Dieu ni Maître ». Un slogan révolu, peut être pertinent dans le cadre d’enjeux passés où l’Église était au pouvoir mais qui est ridicule aujourd’hui quand on sait que l’islam n’est pas une religion d’État et surtout qu’elle est la religion des nouveaux prolétaires, des classes subalternes, des plus pauvres que les antifascistes prétendent défendre. En juin dernier, une série d’agressions contre des femmes voilées ont eu lieu dans la banlieue parisienne par des groupes d’extrême droite ne suscitant que très peu de réactions. Pourtant, seules des femmes étaient ciblées, l’une d’entre elles a même perdu son bébé. Les antifascistes n’ont pas beaucoup réagi, les féministes non plus mis à part une petite minorité d’entre elles. A la même période, un jeune antifasciste blanc, Clément Méric, a été agressé et tué par ces mêmes milieux d’extrême droite. La réaction a été immédiate et l’émotion a aussitôt pris une dimension nationale. Certes, il s’agissait d’un assassinat. Je ne remets pas en cause ici la légitimité de la rage qui s’est emparée des milieux antifascistes. Mais force était de constater que les milieux de gauche, antifascistes et antiracistes se sont fortement mobilisés pour protester contre l’assassinat de Clément Méric dans toutes les grandes villes françaises et qu’ils ont été terriblement absents des mobilisations organisés par les musulmans. C’est un constat amer mais il n’est pas nouveau. Je vous propose quelques explications pour comprendre cet état de fait2 :

  • La plupart des antifascistes n’envisagent pas l’antiracisme comme un combat politique mais comme un combat moral. Ainsi, ils ne comprennent pas que l’antiracisme est un combat contre une oppression institutionnelle et non contre des sentiments diffus portés par des individus malveillants, qu’il englobe les résistances anticoloniales, le combat contre l’apartheid en Afrique du sud et contre la ségrégation aux États-Unis. Ils ne comprennent pas cette unité.
  • La plupart des antifascistes ne comprennent pas que les luttes décoloniales des populations post-coloniales sont une composantes majeure du combat contre le fascisme et qu’il faut les traiter comme des égaux avec leur propre agenda, leurs priorités et non pas comme une espèce à protéger.
  • Ils ne comprennent pas que les musulmans sont des victimes et que l’islam est une religion dominée tant à l’intérieur des démocraties libérales occidentales qu’à l’extérieur dans le cadre des relations impérialistes. Or, eux, voient dans les manifestations de « conservatisme » ou de « dogmatisme religieux », le signe du fascisme. Ce sont des raccourcis mais ils sont efficients.

La résultante de ce constat, c’est qu’il n’y a pas de solidarité spontanée entre l’antifascisme et l’antiracisme, parfois ils rentrent même en conflit. Il y a même eu dans le passé des collusions entre l’antifascisme et l’impérialisme contre les luttes d’indépendances. Voici trois exemples édifiants :

  • En 1937, en France, le Front Populaire, né dans le creuset de l’antifascisme mais qui était aussi un mouvement populaire puissant, représentant les classes laborieuses a dissout l’Étoile Nord-Africaine qui luttait pour la fin de l’indigénat et pour l’indépendance nationale de l’Algérie. Le mobile était que l’Étoile Nord-Africaine avait des accointances avec les fascistes. La vérité c’est que le Front Populaire sur la question coloniale était à peine réformateur et non révolutionnaire. Souvenons-nous du projet de loi Blum-Viollette qui promettait de donner le droit de vote à 20 000 indigènes (pas plus !) mais qui n’a même pas été avalisé par le Sénat3. Quant au code de l’indigénat, il n’a même pas été égratigné. Même si les antifascistes ne se revendiquent pas explicitement de cette expérience, le Front populaire reste exemplaire d’un antifascisme « par en-haut » dont il est nécessaire de faire le bilan historique pour rompre définitivement avec sa forme réformatrice et par conséquent coloniale. Messali Hadj avait pourtant prévenu : « Un gouvernement de Front populaire devra s’attacher à renoncer à la politique de la race privilégiée qui a inspiré jusque-là toute la législation et l’organisation administrative dans les colonies »4.
  • Un deuxième exemple de malentendu entre les antifascistes et les anticolonialistes : les antifascistes européens ont aidé à l’effort de guerre contre l’Allemagne nazie en collaboration avec leurs États respectifs. De nombreux anticolonialistes du Maghreb et d’Afrique ont refusé de participer à la libération car ils ne comprenaient pas pourquoi ils devaient restaurer des impérialismes démocratiques.
  • Dernier exemple : Nous sommes au moment du Front Populaire en Espagne entre 36 et 39. L’hostilité du gouvernement aux revendications nationalistes marocaines est telle qu’elle provoque par dépit une indifférence des Marocains aux malheurs de la république confrontée au putsch de Franco. Certains iront même jusqu’à combattre dans les troupes franquistes. Non seulement, le passage au Front Populaire n’a pas provoqué de changement notable dans la politique coloniale espagnole mais en plus celui-ci s’est privé d’un des rares soutiens, le peuple marocain, qui aurait pu changer la donne face au franquisme.

On voit ici, que l’intérêt de classe des prolétaires et antifascistes européens ne correspondait pas aux intérêts des damnés de la terre.

Il est possible de dépasser ces antagonismes car il va de soi que le fascisme est l’ennemi des post-colonisés, des musulmans mais aussi des classes populaires blanches et non blanches. Pour cela, il est nécessaire d’articuler anti-fascisme et anti-colonialisme, antifascisme et antiracisme. Mais tout ceci reste théorique car rien ne se fera si l’antifascisme n’est pas décolonisé. Il est urgent que les antifascistes fassent leur aggiornamento, c’est-à-dire qu’ils affrontent leur blanchité (dit autrement leurs intérêts de race) car tant qu’ils focaliseront toute leur énergie contre l’extrême droite, ils négligeront deux questions prioritaires : la transformation de la gauche et les alliances avec celles et ceux qui subissent de plein fouet le racisme et qui sont les cibles privilégiées du fascisme. Pire que cela, ils seront complices du fascisme même s’ils prétendent le contraire du haut de leur radicalité de façade. Mais si on leur dit « aujourd’hui, il va falloir envisager des alliances avec des barbus et des femmes voilées, pire avec des mosquées », ils peuvent faire des syncopes. Nous, nous sommes évidemment très conscients de cela, c’est pourquoi nous savons que des alliances se construisent sous la pression et le rapport de forces, ce qui signifie créer notre propre existence politique pour inventer nos alliés. Comme le disait Abdelmalek Sayyad, un grand sociologue algérien : exister, c’est exister politiquement.

Je voudrais conclure par un vœu. L’année dernière, cette conférence avait fait une déclaration dénonçant la montée de l’islamophobie en France. Cette déclaration avait été suivie par la tenue d’une conférence internationale à Paris en décembre dernier qui fut un énorme succès. Je souhaite vivement que cette expérience se renouvelle et que nous trouvions en France les forces pour la réitérer. J’ajoute que cette conférence a eu des effets bénéfiques en Europe puisque des organisations britanniques, hollandaises, belges et peut-être allemandes souhaitent suivre l’exemple français et organiser des rassemblements politiques du même type à la même période. Aussi, je ne peux pas ne pas remercier Hatem Bazian et Ramon Grosfoguel ici présents pour leur dévouement et leur engagement auprès de nous. J’espère de tout cœur que cette collaboration entre Berkeley et les milieux antiracistes français se poursuive et continue de faire des petits. Merci.

Houria Bouteldja, membre du PIR

Libertaires et sans-concessions contre l’islamophobie !

2 Cette analyse est inspirée par l’intervention de Félix Ewanjé-Epée et Stella Magliani-Belkacem « Quel antiracisme pour quel antifascisme ? » à l’occasion des 6èmes rencontres interdépartementales pour un avenir sans fascismes le 19 janvier 2013 à Voiron à l’initiative de Ras L’Front Isère.

3  Article de Messali Hadj, suite à la dissolution de l’ENA, publié dans La Gauche Révolutionnaire, n° 15, 1er mars 1937.

4 La revendication des libertés publiques dans le discours politique du nationalisme algérien et de l’anticolonialisme français (1919-1954), (source : Journal El Ouma sept-oct. 1936.)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.