Publications Facebook

L'affaire "Mourad"

Publié le 11 juillet 2021.

"Mourad" aura donc pris 2 ans de prison ferme pour l'agression d'un livreur noir et pour "apologie de crime contre l'humanité" (délit habituellement réservé au nazisme). J'ai vu beaucoup de monde s'en féliciter, notamment chez les antiracistes les plus politisés. Cela me désole et m'attriste à plus d'un titre :

Parce que la solution carcérale n'en est pas une et ne le sera jamais (je ne parle pas ici des psychopathes et autres tueurs en série que seule l'enfermement peut neutraliser). La prison ne résout en général rien, elle ne fait que reproduire, voire aggraver.

Parce que de très nombreux autres propagandistes de la haine raciale ne sont jamais inquiétés. Les dégâts idéologiques du délinquant multirécidiviste Zemmour, qui sont d'une toute autre ampleur et d'un tout autre impact, ne sont punis que par des amendes. De plus, il garde le soutien d'une large partie de l'opinion et de l'establishment. Il n'est donc pas prêt de mettre un orteil à Fleury.

Parce que la justice française (plus connue pour reproduire les discriminations de race, de genre et de classe) se rachète une conduite à peu de frais. Son zèle à faire condamner un "négrophobe arabe" n'a d'égal que son talent à épargner, voire même innocenter, les négrophobes blancs.

Parce que l'islamophobie/arabophobie est, depuis l'Algérie et en particulier depuis 30 ans, le principal racisme français, celui qui écrase médiatiquement et politiquement tous les autres (même s'ils ont chacun leur spécificité et qu'ils sont tous structurels). Je ne dirais pas la même chose de la Belgique ou des Etats-unis où le racisme est plus spécifiquement négrophobe, chaque Etat-nation ayant sa propre formation raciale. Ainsi lorsque la justice française punit un indigène arabe, non seulement elle se rachète une virginité auprès d'une fraction de l'opinion mais très cyniquement elle renforce l'oppression raciale du corps non blanc le plus visé et dont l'oppression spécifique déterminera l'oppression générale de tous les autres non blancs, quoi qu'il arrive.

Enfin, parce que lorsque le mouvement décolonial propose d'analyser de près les formes de racismes inter-communautaires (comme la négrophobie arabe) et la place des groupes racialisés dans la hiérarchie des dignités (qui s'évalue tant à l'échelle internationale que nationale) ce n'est pas que pour assumer un non-dit ou un angle mort de l'antiracisme. Le but est aussi stratégique : nous armer pour éviter que l'Etat instrumentalise ces contradictions à des fins racistes.

L'affaire Mourad est loin d'être une réussite en la matière. Si ses deux victimes peuvent sur le plan personnel trouver satisfaction devant ce verdict, c'est normal et je ne les juge pas.

En revanche, que les Arabes qui se sentent entachés par l'acte de leur "frère de race" voient dans cette condamnation un espèce de solde de tout compte concernant la négrophobie arabe est consternant. Il faudra plus que le sacrifice de Mourad pour en finir. Que des Noirs pensent que justice leur a été faite l'est tout autant. Que la sphère antiraciste en général s'en réjouisse est extrêmement inquiétant.

Bref, c'est une histoire triste et pathétique.

HB

PS : ceux qui voient dans ce post un prisme pro arabe parce que je suis arabe, passez votre chemin ou allez déverser vos commentaires sur les murs qui vous appellent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.