Les méchants

Droite radicale : Houria Bouteldja, PIR que Marine Le Pen ?

Publié le 10 Mai 2016 sur le site Altantico. Ecrit par Hugues Serraf.

L'extrême-droite s'est dotée d'une nouvelle composante particulièrement croquignolette. Les cartographes de gauche feraient bien de l'intégrer à leur GPS s'ils veulent éviter de perdre le Nord.

Hip hip hip Houria !

La Horde, un collectif d’extrême-gauche, a établi la cartographie de son pendant de droite avec pas mal d'acuité. Toutes les mouvances y sont répertoriées et classées en fonction de leurs obsessions respectives, qu'elles soient plutôt spécialisées dans le racisme basique, l'antisémitisme, le sexisme, l'homophobie, l'identitarisme, l'ultra-nationalisme ou l'intégrisme religieux. Il y en a vraiment pour tous les goûts. Une véritable auberge franquiste, quoi.

C'est plutôt clair et pas mal fichu, avec des codes couleurs qui permettent de s'orienter dans ce maquis (un terme assez peu approprié à ceux qui avouent cultiver une certaine nostalgie de la collaboration, mais bon...) et de repérer passerelles inter-courants et proximités idéologiques.

Je me faisais tout de même la réflexion qu'il y manquait quelque chose, à savoir le segment radical le plus généraliste du lot, au sens où il cumule l'ensemble des critères sus-cités plus quelques autres : le fameux Parti des Indigènes de la République de la non moins fameuseHouria Bouteldja. Mais il s'agit certainement d'un oubli et la carte, régulièrement amendée, lui fera bien une petite place (pile au milieu, ça collerait bien) lors de sa prochaine mise à jour.

Car existe-t-il, en notre doulce France de ce début de XXIe siècle, un courant politique organisé plus objectivement d'extrême-droite que le PIR (je kiffe vraiment l'acronyme, il y a sûrement un jeu de mots rigolo à faire avec ça, du genre le PIR est l'ennemi du GUD, mais je planche encore dessus), avec son mix de délires archaïcho-fascitoïdes ?

La Lider maxima vient d'ailleurs, sans doute au bénéfice des cartographes de La Horde, de publier un petit précis de sa pensée profonde que je n'ai pas encore eu en main (j'attends la sortie de Mein Kampf en français chez Fayard pour bénéficier d'une promo "un pour deux" chez Amazon, vous savez comment sont les gens comme moi !), mais que d'autres m'ont gentiment résumé (ici et ). On y découvre ainsi que l'humanité est divisée en "races" - les blancs, les juifs et tous "les autres"1 -, les deux premières catégories étant les ennemies ataviques et irréconciliables de la troisième, qu'elles passent d'ailleurs leur temps à opprimer. Que l'homosexualité et le féminisme sont des vices occidentaux ; qu'il est temps (pour "tous les autres" s'entend) de balancer Descartes à la poubelle pour crier Allah Akbar ; que la Shoah est en fait "moins qu'un détail" ; qu'une noire violée par un noir ne devrait pas le dénoncer par évidente solidarité raciale.

Argh, direz-vous.

Mais je trouvais ça un peu gros tout de même et, même si l'on sait que le PIR organise désormais des camps d'été façon Ku Klux Klan où c'est le taux de mélanine ou la soumission à un dieu spécifique qui détermine le droit d'entrée, je me suis dit qu'il fallait tout de même aller chercher l'info à la source et je suis allé écouter la belle Houria (elle est effectivement assez jolie, si je peux me permettre cette digression sexiste, mais j'aurais du mal à aggraver mon cas de toute manière en tant membre de la tribu des adorateurs du veau d'or à gros pif esclavagistes) sur Oumma.com et j'en suis revenu édifié.

Bouteldja pense effectivement toutes ces choses, mais considère en outre que l'universalisme est une "idéologie française mortifère" empêchant de "séparer les blancs des indigènes" ; que "l'humanisme blanc" est le prolongement de son impérialisme à l'égard des pays du Sud ; que visiter Auschwitz est "obscène" ; qu'elle appartient, dans l'ordre, "à sa famille, son clan, à son quartier, à sa race, à l'Algérie et à l'islam" (tiens, ça me rappellequelque chose, cette tirade), l'injonction faite aux femmes musulmanes de se libérer du patriarcat étant une machination blanche, une invitation à "cracher sur sa famille", une nouvelle expression du "racisme républicain", un "arrachement à son histoire", une "trahison de sa mère"...

Re-argh, non ?

Résolument "contre l'intégration", hostile à l'existence même d'Israël ("Je reprends ce slogan d'extrême-droite en me l'appropriant pour dire qu'il faut fusiller Sartre"), elle conclue sur un "Dieu est grand" signifiant que c'est "de sa foi que l'indigène tire sa puissance", permettant de rappeler la hiérarchie suprême entre le divin et ses "créatures humaines" et suggérant de lutter contre le "sionisme" (source de tous les maux avec le libéralisme) pour éviter la guerre civile. Ouf !

Punaise, enfoncée, la Marine ! Coiffés au poteau, les Ménard, Collard, Civitas et autres Soral ! L'extrême-droite traditionnelle va devoir s'accrocher si elle veut rester dans la course. L'extrême connerie n'a jamais été aussi compétitive.

1 Les juifs n'étant ni blancs ni "autres", l'hypothèse extra-terrestre n'est pas clairement exposée mais implicite. Ou au minimum envisageable.


Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/droite-radicale-houria-bouteldja-pir-que-marine-pen-hugues-serraf-2693155.html#zGCDzPEL5IxbK6G6.99

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.