Publications Facebook

Accuser Mélenchon d'antisémitisme est une abjection

Publié le 2 septembre 2021.

Dites de Mélenchon qu’il n’a pas renoncé à la France comme superpuissance et qu’il reste un défenseur de l’impérialisme (soft) français même s’il ne l’avoue pas.

Dites de Mélenchon que sa mitterrandolâtrie l’empêche de faire les bilans qui s’imposent pour une véritable politique anticapitaliste et antiraciste ou pour le dire dans les mots que la gauche comprend « progressiste ».

Dites de lui qu’il a déconné sur un certain nombre de sujets notamment celui des Tchétchènes (mais pas que). Dites aussi qu’il est capable de maladresses, l’usage du mot « le financier » en est une (mais est-ce de sa seule faute si les mots du matérialisme historique sont devenus à ce point ringards ?).

Mais passer le pas et l’accuser d’antisémitisme (ou cultiver le soupçon) est une abjection autant qu’une impardonnable irresponsabilité.

D’abord parce que dans son intervention, il reconnait la principale victime du racisme d’Etat actuel, "le musulman". Ce faisant, il renonce à l’antiracisme abstrait dont il était coutumier il y a quelques années pour affronter sa réalité concrète. Lui faire un tel procès au moment où il est l’une des rares figures à vouloir déjouer les plans racistes des classes dirigeantes et médiatiques au profit d’une alliance de classe est d’une bêtise confondante. Une bêtise d’autant plus dingue que la loi sur les séparatismes vient à peine d’être adoptée et qu’elle consacre le triomphe de l’islamophobie au sommet de l’Etat.

Ensuite parce que la meilleure manière de combattre l’antisémitisme bien réel qui se cache aujourd’hui derrière l’islamophobie c’est justement de savoir reconnaitre le juif (d’hier et de demain) qui est contenu dans le musulman d’aujourd’hui et vice et versa. Dois-je vraiment rappeler ici aux antiracistes 2.0, libéraux, moraux, adeptes de l'idéologie des "premiers concernés" la fameuse citation de Fanon qui commence vraiment à m'ennuyer tellement on l'a répétée ? Ce qui évidemment ne dispense pas d'identifier les manifestations claires d'antisémitisme et de les combattre pour ce qu'elles sont hein ?

Enfin parce que dans cette même intervention, il condamne toute expression d’antisémitisme, notamment celles qui font florès dans les rangs des manifs antivax. Et je ne parle pas de son refus catégorique de toute collusion avec l'extrême droite, principe que son homologue communiste n'a pas respecté le jour où on l'a vu rejoindre une manif des syndicats de police devant l'Assemblée Nationale. Roussel s'y est pressé - fièrement. Mélenchon n'y était pas.

Alors, bien sûr, on aura beau jeu d’aller chercher dans les tréfonds de sa conscience les petites particules d’antisémitisme que deux millénaires d’histoire et deux siècles d'Etat-nation ont laissé dans son cerveau, sauf qu’à ce jeu, la gauche progressiste signe sa défaite, pour ne pas dire sa capitulation, parce que de ces particules, il y en a plein le cerveau de tout individu né des entrailles de cette histoire. Alors plutôt que d’aller les chercher au microscope dans les replis d’une organisation politique qui défend un projet clairement plus antiraciste que tous les autres, je ne saurais trop conseiller à ces inspecteurs gadgets d’abandonner leurs loupes, sondes et autres accessoires et se contenter d’aller chercher les antisémites là où ils ne se cachent pas car visibles à l’œil nu. Parce que sous la branche qu'ils sont en train de scier, il y a un abysse. Le pire c'est qu'ils ne l'ignorent pas. Alors, c'est peut-être que tout simplement ils jouissent de la défaite ?

La hawla wa la qawwa illa bilah.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.